mercredi 10 août 2016

Les laits de chamelles et d'ânesses sont-ils cashers ?




J'ai déjà prouvé, Torah à l'appui, que le rabbina Juif orthodoxe transgresse la Torah en permettant à ses suiveurs de consommer des aliments non kashers, pour ceux qui ne connaissent pas cette étude et qui veulent véritablement manger kasher selon la Torah, lire cette étude :

La casheroute Juive orthodoxe est-elle vraiment casher ?
http://messianique.forumpro.fr/t5936-la-casheroute-juive-orthodoxe-est-elle-vraiment-casher#55198

Ceci rappelé, disons aussi que si les Juifs orthodoxes autorisent des interdits alimentaires Torahique, ils en interdisent d'autres qui sont pourtant autorisés dans la Torah et nous en arrivons ici au sujet de cette étude.

Le rabbina orthodoxe interdit la consommation de lait de chamelle ou d'ânesse partant du principe que tout ce qui sort d'un animal impur à la consommation devient donc impur.

Il est vrai que le chameau et l'âne sont des animaux impurs à la consommation mais il est faux de penser que tout ce qui sort d'un animal impur serait forcément impur car force est de constater que le miel sort du corps de l'abeille, abeille qui est un animal impur et pourtant le miel est pur à la consommation. 

Elohim donne avec exactitude les animaux interdits à la consommation (pour voir les animaux interdits, lire la Torah Écrite du Lévitique chapitre 11), Elohim interdit aussi la consommation du sang et du suif et la consommation d'une bête morte ou déchirée. 

Nous lisons la Promesse d'Elohim concernant la terre de Son peuple : 
" un pays où coule le lait et le miel "

Comprendre, un pays où le bétail de ruminants se trouve en abondance car le lait qui nourrit les hommes Israélites sort du bétail des ruminants. 

Pourquoi je précise les ruminants ? Car je ne crois absolument pas que tous les laits de tous les animaux soient cashers, en effet le lait de truie, de chienne, de chatte ou de rate, ou de n'importe quelle autre bête fauve est impur à la consommation.

Mais le constat qui ressort des Saintes Ecritures est que le lait de tous les ruminants même ceux des ruminants impurs, est pur donc consommable.

Car quand là où les mammifères comme le chien, le porc, les rongeurs et toutes les bêtes fauves ne ruminent pas, le dromadaire et l'âne ou le cheval sont eux à moitié impurs et le lien de pureté qu'ils ont avec la vache, la brebis ou la chèvre est qu'ils ruminent comme eux.

Cette distinction entre en ligne de compte ici pour le lait qui serait consommable ou non.

Mais voyons si oui ou non les Saintes Écritures me donnent raison sur ce point.

Nous savons qu'Abraham, Isaac et Jacob, les 12 Tribus d'Israël,  ainsi que Moïse, avaient aussi dans leur cheptel de nombreux chameaux et ânes et un détail revient souvent dans les Écritures, c'est qu'il est souvent question de chamelles et d'ânesses.

Nous avons ce passage dans le récit Torahique de la Genèse très précis :

Torah-Genèse 32:14-16 (Septante)
Il (Jacob) dormit cette nuit dans l'endroit où il était, il prit ensuite des biens qu'il portait, pour en faire des présents, et il envoya à son frère Esau, deux cents chèvres, vingt boucs, deux cents brebis, vingt béliers, quarante chamelles à lait et leurs petits, quarante bœufs, dix taureaux, vingt ânes et dix poulains.


Il est bien précisé 40 chamelles à lait, ce détail n'est pas anodin, Jacob se servait bien du lait des chamelles, ce lait était donc  consommé par Jacob et les siens.
Le lait de chamelle a des vertues pour la santé. 

Concernant le fait que les chamelles sont des chamelles qui allaitent dans la Septante signifie quoi ? 

Cela signifie que les chamelles sont en capacité de donner du lait car seules les femelles ayant un petit sont en capacité de donner du lait c'est bien pourquoi ce détail est précisé dans la Torah de la Genèse,  c'est bien pour le lait des chamelles.

Le lait de chamelle et d'anesse sont des laits très bons pour la santé,  des recherches ont prouvé cela.

Ensuite, pas plus que les nomades arabes ne traitent leur lait, les Israélites de l'antiquité ne traitaient leur lait, rappelons que des vitamines et donc des bienfaits du lait sont detruits par la pasteurisation. 

Pasteurisation indispensable dans un circuit industriel qui est long pour arriver jusqu'au consommateur car les risques sont trop élevés concernant la contamination du lait tandis que dans un circuit court de l'animal au consommateur directement, il n'y a n'a pas les mêmes risques de contamination. 

Concernant le lait de chamelle. 

Le lait de chamelle contient un fort pourcentage de protéines à potentiel antimicrobien élevé[N 2], protéines absentes du lait de vache ou ne s'y trouvant qu'en quantité infime.

Le lait de chamelle recèle suffisamment de nutriments essentiels pour pourvoir aux besoins alimentaires quotidien d'une personne. Dans de nombreux pays, le lait de chamelle est d'ailleurs donné aux bébés souffrant de malnutrition.

Par rapport à la vache, au buffle et la brebis, le lait de chamelle contient moins d'acides gras à chaîne courte, mais autant d'acides gras à longue chaîne. Certains chercheurs affirment que la valeur du lait de chamelle réside dans les concentrations élevées d'acide linoléique sous forme d'acides gras polyinsaturés essentiels à l'équilibre nutritionnel.

Le lait de chamelle possède également une haute teneur en vitamine C et sels minéraux agissant sur la teneur en immunoglobuline. La composition du lait de chamelle dépend de son alimentation et varie selon l'espèce. Par exemple, le lait de chamelle bactrienne[N 3] possède une teneur en matières grasses supérieure au lait de dromadaire.

Un compte rendu de Z. Farah, R. Rettenmaier et D. Atkins publié en 1992 dans le Journal international de vitaminologie et de nutrition révèle que « la teneur en vitamine C, vitamine B2, vitamines liposolubles E et vitamine A, analysée à partir d'échantillons de lait de chamelle prélevés à deux reprises sur 20 dromadaires (Camelus dromedarius), fait état d'un niveau moindre en vitamine A et B2 par rapport au lait de vache alors que la teneur en vitamine E en est peu ou prou équivalente. En revanche, la contenance en vitamine C est en moyenne trois fois supérieure à celle du lait de vache ».

Comparé au lait de vache, le lait de chamelle est faible en lactose. Cependant, les niveaux de potassium, magnésium, fer, cuivre, manganèse, sodium et zinc y sont plus élevés que dans le lait de vache.
Le taux de cholestérol du lait de chamelle est inférieur à celui du lait de vache ou de chèvre.
Le lait de chamelle contient trois fois plus de vitamine C et dix fois plus de fer que le lait de vache.
Riche en acides gras insaturés et en vitamines B, sa quantité de vitamine A et B2 est toutefois inférieure à celle du lait de vache.
Le lait de chamelle contient plus de protéines et moins de matières grasses que le lait de vache, sauf le lait issu de la chamelle de Bactriane[N 3] dont le taux de corps gras est plus élevé.

Vertus thérapeutiques 

Le lait de chamelle est réputé renforcer le système immunitaire, prévenir ou soulager les maladies de type auto-immune[Y 1], dont la rectocolite hémorragique et la maladie de Crohn,[Y 2], exercer un pouvoir prophylactique ou même curatif sur le diabète pouvant — sous certaines conditions chapeautées par un strict contrôle médical — remplacer les injections d'insuline voire apporter une aide contributive au traitement de l'autisme, de la maladie de Parkinson, de la borréliose (maladie de Lyme) ou de la maladie d'Alzheimer. Une étude a notamment démontré sa capacité à soulager les problèmes d'allergies chez les enfants. Les bédouins du Moyen-Orient ont foi en ses pouvoirs curatifs, d'autant que la médecine arabe herboriste traditionnelle lui prête des vertus permettant de combattre des maux tels que l'ostéoporose, la tuberculose, l'asthme, la grippe, l'hypertension, le diabète ainsi que diverses maladies métaboliques ou de type auto-immune. Le lait de chamelle est également utilisé comme médicament en Inde. À cet effet, le Centre national de recherche sur les chameaux (CNRC) à Bikaner dans l'État de Rajasthan est un institut de recherche qui produit une quantité donnée de lait par jour qu'il vend à un prix subventionné au bénéfice de patients diabétiques ainsi qu'à un centre de thérapies alternatives pour enfants handicapés.

Les vertus médicinales du lait de chamelle sont connues des peuples d’Afrique du Nord, du Moyen-Orient et d’Asie. Il est apprécié traditionnellement pour ses propriétés anti-infectieuses, anti-cancéreuses, anti-diabétiques et plus généralement comme reconstituant chez les malades convalescents et dans les états de fatigue. Il a la réputation de renforcer les défenses immunitaires et de stimuler l’activité physique des organismes en état de surmenage.

Selon les recherches et conclusions menées par les professeurs Yosef Shabo, Reuben Barzel, Mark Margoulis et Reuven Yagil de l'université Ben Gourion du Néguev (אוניברסיטת בן גוריון בנגב) à Beer-Sheva en Israël après une étude effectuée sur huit enfants âgés de 4 mois à 10 ans présentant une allergie aux protéines de lait de vache, le lait de chamelle éviterait les régurgitations et les diarrhées fréquentes chez les nourrissons, soulagerait ses douleurs abdominales, inhiberait certaines allergies et améliorerait son système immunitaire. Par ailleurs, outre ses vertus toniques, sa composition ouvre des perspectives thérapeutiques latentes, notamment en soutien subsidiaire des traitements associatifs propres à certains types de cancers— dont notamment le cancer du colon[réf. nécessaire] —, hépatite C, gastro-entérite, ulcères gastriques, diabète, herpès, sclérose en plaques, VIH.


Nous avons aussi les ânesses qui reviennent très souvent dans les Saintes Écritures.

1 Samuel 9:2-3
Il avait un fils dont le nom était Saül, homme de grande taille, bon et vaillant ; nul des fils d'Israël n'était meilleur que lui, et il dépassait de toute la tête tout le reste du peuple.
Les ânesses de Cis, père de Saül, s'étaient égarées ; et Cis dit à Saül, son fils : Prends avec toi l'un des serviteurs ; partez, et cherchez les ânesses.


Et le Prophète Samuel dira à Saul par la suite ceci

1 Samuel 9:20
Ne songe plus aux ânesses qui étaient perdues il y a trois jours ; elles sont retrouvées. Et à qui donc seront les choses précieuses d'Israël, si ce n'est à toi et à la maison de ton père ?


Le Prophète Samuel identifie les ânesses aux biens précieux d'Israël. Cela s'explique aisément quand on sait combien le lait d'anesse est rare et vertueux sur bien des points, en effet il s'agit d'un lait rare car l'ânesse en produit moins que les autres bêtes du bétail et ce lait est le lait le plus proche du lait du nourrisson donc de l'homme, il présente des vertues thérapeutiques pour la peau et pour la santé. 

C'est bien pour cela qu'il est précisé "ânesses" au féminin car elles représentaient un bien précieux au sein du cheptel.

Donc bien que ces animaux ne sont pas consommables ils étaient utilisés par les Israélites pour le transport et leurs robustesse mais pas uniquement, ils étaient aussi utilisés pour leur lait car ce sont des ruminants.

Bien sûr ne pas consommer d'animaux impurs cités dans la Torah du Lévitique chapitre 11, ou dont l'abattage est non conforme avec la Torah et ne pas consommer de sang ni de suif ni d'une bête morte ou déchirée.